FELIPE ATENAS : « UNE GRANDE PREMIÈRE »


L’année démarre en trombe pour ce réalisateur chilien, manceau d’adoption.

« Je me rappelle encore le bruit des hélicoptères, des coups de feux la nuit. » Lorsqu’en 1990, la dictature militaire d’Augusto Pinochet cesse, Felipe Atenas a dix ans. Il a grandi au côté de son père José, un des pionniers de la télévision chilienne. « Il y ait entré en 1973. Il s’occupait surtout des programmes d’animation. »

Etudiant, c’est donc naturellement que ce jeune Chilien s’inscrit en communication visuelle.

« J’ai ensuite travaillé trois ans dans une agence de com’ à Santiago. Mais cela ne correspondait pas à mes valeurs. Dans ma famille, notamment grâce à ma mère qui a toujours contesté le régime des militaires, on a la fibre sociale, humaniste, tournée vers la liberté. »

Felipe Atenas

Devenu salarié de la Televisión Nacional de Chile (TNC), Felipe y réalise une enquête sur les conditions extrêmes de vie en Patagonie. « C’était mon tout premier reportage. Tout n’était pas très bon. Mais cela m’a permis de savoir que je souhaitais travailler derrière la caméra. » Très vite, il s’achète une des premières caméras DCR : « je suis devenu plus autonome, plus professionnel et j’ai pu écrire mes premières fictions. »

En 2010, il réalise son premier court-métrage, La Marcha del Payaso.

Puis, après quelques années à Villarica (passées avec Anne, une reporter française qu’il a rencontrée lors d’un tournage dans le Sud du Chili), il décide de venir en France et s’installe au Mans en 2019.

« Nous avons tourné en studio en reconstituant une forêt »

« Quelques mois après, j’ai gagné un concours chilien pour réaliser Microterricolas, une série télévisée pour enfants. » En avril prochain, cette saga sort au Chili sur TNC : « Les héros sont des insectes. Nous avons tourné chaque épisode au naturel et en studio, en recréant une forêt. »


Alors que le Japon et les USA sont intéressés pour acheter les droits, c’est au Mans, aux Cinéastes, lors du Festival du film hispanique, que Felipe sera également sous les projecteurs.

« C’est une grande première pour moi. J’y présente mon court-métrage, El Refugio. Je l’ai réalisé au Mans, avec le soutien de La Bertoche. C’est un honneur que les organisateurs m’aient proposé d’y participer. »

Felipe Atenas

Juste avant, Felipe a fait un aller-retour au Chili pour rencontrer son équipe de tournage, afin de préparer son premier long-métrage, Llequen, qui sera tourné là-bas. Adelante !

Felipe Atenas est un réalisateur dont la série Microterricolas sort au Chili. Au Mans, il présente son court-métrage El Refugio au Festival du film hispanique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi